1000$ d’amende en cas de rassemblement illégal

Photo: Arsenal Média

Les policiers pourront remettre des constats d’infraction de 1000$ aux contrevenants en cas de rassemblements illégaux en zone orange et rouge.

En point de presse mercredi, le premier ministre François Legault a confirmé que les policiers recevront comme consigne dans un premier temps d’ordonner la dispersion des participants, mais que des contraventions seront distribuées en cas de refus.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, réitère que les policiers ne pourront pas entrer dans une résidence privée sans mandat. Toutefois, les policiers pourront obtenir un télémandat rapidement pour constater l’infraction à l’intérieur du domicile devant une absence de collaboration.

Outre les rassemblements illégaux, les policiers pourront désormais remettre un constat sur-le-champ à des personnes qui refuseraient de porter le masque dans un endroit public.

Quels sont les rassemblements considérés illégaux

En zone orange, les rassemblements privés sont dès jeudi limités à un maximum de 6 personnes OU 2 familles. En zone rouge, les rassemblements privés sont interdits. Québec permet cependant à une personne seule de recevoir une personne d’une autre adresse. Des exceptions sont aussi prévues pour les proches aidants ainsi que pour la prestation de services professionnels tels que la visite d’un plombier par exemple.

Les manifestants devront se masquer

Après plusieurs semaines de tolérance, Québec resserre également les règles en ce qui concerne les manifestations. Ainsi, le port du couvre-visage devient obligatoire pour les participants d’une manifestation. Les manifestants qui refusent de se conformer pourront se voir remettre une contravention de 1000$.

Le premier ministre soutient agir par souci de cohérence alors que l’État demande des sacrifices à des milliers de personnes pour contrôler la pandémie. Devant la gravité de la situation, monsieur Legault a insisté sur le fait que le refus d’une minorité de gens de suivre les consignes représente désormais un risque inacceptable pour le reste de la population.

La fermeture des écoles n’est pas une option pour l’instant

En point de presse, monsieur Legault a soutenu que la fermeture des écoles demeurait absolument non souhaitable dans les circonstances en raison des conséquences possibles pour les enfants. Selon la Santé publique, 2% des classes sont actuellement fermées en raison d’une éclosion, un niveau qui est à la hausse.