CHSLD: le gouvernement critiqué durement par la protectrice du citoyen

La protectrice du citoyen, Marie Rinfret, a dressé un dur rapport d’étape à l’endroit du gouvernement en lien avec sa gestion de la COVID-19 dans les CHSLD publics et privés du Québec durant la première vague de la pandémie.

Ce sont les grandes lignes d’un bilan « indépendant et impartial » qui s’échelonnera jusqu’à l’automne 2021 qui ont été dévoilées, jeudi matin.

Dans ce rapport, nombreux sont les témoignages qui décrivent les conditions difficiles dans lesquelles vivent les résidents des CHSLD.

Les personnes interrogées parlent de « milieux de soins désorganisés et à bout de souffle, et ce, malgré l’immense dévouement du personnel. » Les intervenants ont également été mal outillés pour faire face à la crise sanitaire.

En s’appuyant sur les témoignages recueillis dans le cadre de l’enquête, Mme Rinfret insiste sur le fait que des enseignements de la première vague qui a frappé les CHSLD peuvent être tirés.

Le Protecteur du citoyen a d’ailleurs établi cinq priorités d’action pour rendre conforme les milieux de vie en offrant des soins continus dans le respect des droits et de la dignité des personnes hébergées.

Parmi les premières recommandations, notons l’humanisation des soins et la valorisation des personnes proches aidantes, ainsi que le renforcement des canaux de communication tant au plan local et régional, que national.