Décès du parachutiste de Notre-Dame-de-Ham : victime de sa propre témérité et imprudence

L’homme de Notre-Dame-de-Ham décédé en mai 2021 en pratiquant du parachutiste a été « victime de sa propre témérité et imprudence », selon le rapport du coroner. 

En début de soirée le 17 mai, un ami de Frédéric Dupras-Rossier est allé le rejoindre, car il avait reçu un appel de celui-ci lui demandant de venir le rejoindre sans toutefois préciser pourquoi.

Lorsque est arrivé, il a aperçu l’homme de 28 ans retenu par un harnais attaché à un câble d’environ 68 mètres noué à sa camionnette. 

Il a demandé à son ami de faire du parapente en étant tiré par sa camionnette. 

Son ami a d’abord hésité trouvant la manoeuvre risquée. Il a « fini par céder aux insistances de M. Dupras-Rossier ».

Au premier essai, la victime n’a pas réussi à s’envoler.

Sur une deuxième tentative, la corde s’est étirée au maximum et l’homme dans la vingtaine réussit à voler.

Conduisant la tête sortie par la portière pour surveiller le déroulement du vol, son ami a entendu crier et ne voyait plus son ami.

Lorsqu’il a immobilisé le véhicule, il a réalisé que le parachutiste se trouvait au sol.

Un aventurier

Le rapport du coroner, dont Arsenal Media a obtenu copie rapporte que Frédéric Dupras-Rossier « aurait piqué soudainement vers le sol, possiblement par une variation de la vitesse de la camionnette qui le tirait ou un changement brusque de direction de la voile au moment où la corde s’est retrouvée au maximum ». 

Ses proches parlaient de la victime comme d’un « aventurier qui n’avait pas peur de faire des expériences ».

Selon eux, il avait déjà fait du parapente pendant des voyages.