Essoufflement chez les proches aidants

Les deux dernières années de pandémie n’ont pas été faciles pour les proches aidants des personnes atteintes d’Alzheimer.

Ceux-ci avaient peu de temps de repos et lorsqu’ils souhaitaient sortir pour se changer les idées, la plupart des activités possibles étaient fermées en raison de la crise sanitaire.

Résultat, un grand essoufflement s’est fait ressentir pour ceux qui veillent sur ces personnes.

Dans son Rapport d’impact 2021-2022 de la Société Alzheimer pour le Centre-du-Québec, on rapporte que « pour chaque personne atteinte, il faut compter un à trois proches aidants qui s’investissent en temps et en soins. 

La directrice générale du Centre-du-Québec, Valérie Richer, souligne une autre problématique.

On rappelle que cette maladie est la forme la plus répandue des troubles neurocognitifs au Québec avec plus de 60 % des cas diagnostiqués. 

En 2022, 163 000 Québécois vivent d’ailleurs avec un trouble neurocognitif majeur.