François Legault fait un retour sur son premier mandat et ses promesses électorales

Arsenal Media s’est entretenu avec le premier ministre François Legault afin de faire une rétrospective de l’année 2021, une fois de plus marquée par la pandémie.

À l’approche de la fin de son premier mandat, M. Legault avait une liste étoffée de projets pour le Québec. Toutefois, la pandémie est venue jouer les trouble-fêtes à mi-chemin de son mandat.

N’empêche, le premier ministre affirme que la crise sanitaire n’a eu aucun effet sur ses plans, mentionnant qu’il n’a pas été contraint de mettre quoi que ce soit sur la glace.


M. Legault a aussi rappelé qu’il a tenu sa promesse sur les signes religieux, et ce, même si la Loi 21 défraye les manchettes depuis les derniers jours. « Je crois que les Québécois sont en accord avec le fait d’interdire les signes religieux pour les personnes qui sont en autorité. On voit un peu plus de pression du côté du Canada et des commissions scolaires anglophones, mais nous nous sommes tenus debout », a-t-il fait savoir.

Il a également souligné le dépôt du projet de loi 96 afin d’offrir « plus de tonus » à la Loi 101 pour mieux défendre le français et étendre la loi sur les petites entreprises.

François Legault a conclu que son gouvernement a réussi à agir malgré la pandémie. Cependant, il reconnait que le domaine de la santé a été un secteur plus « difficile » à respecter, par exemple en ce qui a trait au fait que tous les Québécois puissent avoir accès à un médecin de famille.