Immeuble abandonné à Saint-Albert | La propriétaire doit 210 600 $ à son partenaire d’affaires

Crédit photo : Alex Drouin - Monvicto.com

La femme d’affaires qui a laissé un immeuble abandonné à Saint-Albert n’est pas au bout de ses peines alors qu’elle doit rembourser  210 600 $ à son partenaire financier dans ce projet.

C’est ce que la Cour supérieure l’a condamné à payer le 18 septembre dernier dans un document judiciaire qu’a obtenu monvicto.com.

Dans ce document, on peut lire que la femme d’affaires « et sa société désiraient vendre des terrains et construire des logements locatifs ».

Le jugement de la Cour indique aussi qu’elle « avait donc besoin de capitaux privés ». 

« C’est ainsi que les deux parties ont discuté d’une contribution financière de la part [de son associé], lequel disposait de fonds et se montrait intéressé à investir ». 

Puis, cinq contrats ont été rédigés entre eux et les prêts d’argent ont été effectués en 2017 et en 2018.

Deux versions différentes

Une fois les sommes obtenues, la propriétaire a eu des pourparlers avec la Municipalité de Saint-Albert en 2018 pour y construire des logements. 

La même année et la suivante, des permis de construction lui ont été délivrés et la construction a commencé.

Or, aujourd’hui, soit environ cinq ans plus tard, un seul immeuble a été partiellement construit et il est maintenant laissé à l’abandon. 

Sur les terrains à côté, des travaux de fondation ont débuté pour deux immeubles, mais sans plus.

Dans le jugement de la Cour supérieure, la propriétaire « reconnaît avoir reçu les sommes », mais selon elle, son partenaire « n’aurait pas prêté ces montants » et « s’agirait plutôt ‘‘d’apports dans une société commune aux parties’’ ».

Joint par téléphone, la femme d’affaires a fait savoir qu’elle « n’avait rien à dire à ce sujet et que le tout suit son cours ».

Cette dernière devrait également plusieurs milliers de dollars dans ce projet à un entrepreneur de la région qui a préféré garder son anonymat. 

La Municipalité veut que le dossier se règle

Le 17 juillet, au palais de justice de Montréal, Saint-Albert a déposé une demande introductive d’instance pour l’émission d’une ordonnance en Cour supérieure afin qu’elle termine la construction des logements ou que la Municipalité puisse en prendre possession. 

À ce sujet, la propriétaire s’est contentée de dire que « si l’immeuble n’est pas fini de construire, c’est qu’il y avait une raison à ça ». 

Ils se retrouvent sans logement à la dernière minute

Un homme et une femme interrogée par monvicto.com ont raconté qu’ils ont eu une mauvaise expérience avec la femme d’affaires alors qu’ils devaient habiter ledit immeuble. 

Ils devaient louer un des logements en 2020, mais quelques jours avant d’emménager, la propriétaire leur a dit que c’était impossible, car l’immeuble n’était pas terminé de construire. 

Pourtant, quelques semaines avant de déménager, elle leur avait assuré que tout allait être prêt, malgré les nombreux retards des travaux.

L’homme et la femme avaient chacun réservé un camion de déménagement et trouvé des personnes pour les aider. 

L’homme a eu de la difficulté à trouver un appartement qui lui convenait puisqu’il est une personne à mobilité réduite. 

En revanche, la femme d’affaires n’avait pas demandé de dépôts pour les locations des logements, mais des baux avaient été signés.