« Je me demande comment j’ai fait pour me rendre aussi loin » Jean Hinse, âgé de 100 ans

Crédit photo : Alex Drouin - Monvicto.com

Le 27 novembre dernier, Jean Hinse a célébré son 100e anniversaire. Avec une touche d’humour, le centenaire se demande comment il a fait pour vivre aussi vieux.

« Je vais pas pire, mais je me demande si je n’ai pas été oublié », a dit d’entrée de jeu celui qui est né à Plessisville le 27 novembre 1922.

Lorsque monvicto.com lui a demandé quel était le secret de sa longévité, il  a haussé les épaules candidement.

« Je me le demande moi-même », a-t-il répondu en levant les yeux vers le ciel. 

M. Hinse n’a jamais vécu dans l’excès. Il se couchait tôt, généralement vers 21 h. Ne consommait jamais d’alcool sauf lors des grandes occasions. Et, travaillait. Beaucoup.

Parfois, il avait trois jobs en même temps. 

« On voyait notre père que les dimanches matins », se souvient le deuxième de ses trois enfants, Luc. 

Son père, qui est venu s’installer à Victoriaville au début de la vingtaine, a longtemps travaillé dans l’industrie du meuble comme peintre sur une chaîne de montage. 

Il lui arrivait aussi d’être dans la rénovation du meuble.

Et, pour arrondir ses fins de mois, il travaillait aussi les soirs pour le Comité paritaire qui s’assurait que les PME de la région n’exploitent pas les employés quant aux heures supplémentaires. 

« J’en ai travaillé un coup ! », s’est exclamé le centenaire qui a finalement pris sa retraite à 63 ans. 

Encore en forme

En résidence de personnes âgées depuis une quinzaine d’années, Jean Hinse est encore très actif, malgré qu’il doit parfois se déplacer avec une marchette. 

Il marche tous les jours à quelques pas de la résidence et ça lui arrive aussi fréquemment de se rendre au IGA du coin. L’aller-retour est d’environ 1 km. 

L’hiver, pour ne pas perdre la forme, il enfile son manteau et marche sur son balcon pendant un peu plus de 30 minutes.

« Après avoir fait mon lit et pris ma douche, je me sens comme neuf ! », dit-il à la blague. 

Parmi ses autres passe-temps : regarder le golf, le baseball et le hockey à la télé.

« J’ai connu l’époque des six équipes, se remémore-t-il. J’ai vu de très bons joueurs comme Doug Harvey, Dickie Moore, et, bien sûr, Jean Béliveau. »

Il fait des appels FaceTime

Pour garder contact avec sa famille, celui qui a quatre petits-enfants, cinq arrière-petits-enfants et une arrière-arrière-petite-fille qui est née une journée avant son 100e anniversaire, se sert de sa tablette pour faire des appels FaceTime.

« Il sait comment appeler… mais il ne doit pas toucher aux autres pitons », plaisante son fils en terminant l’entrevue.