La confusion de la 6e vague : Vaccin ? Immunité naturelle ? Ou les deux ?

Avec l’arrivée de cette 6e vague, plusieurs personnes se posent des questions et avec raison. On déconfine massivement au Québec alors que les cas grimpent, pourquoi le gouvernement du Québec n’agit-il pas comme lors des vagues précédentes en prévenant les Québécois d’un retour des mesures de confinement ?

Lors d’un entrevue à la radio Plaisir 94,1 un peu plus tôt cette année, le scientifique Marc Hamilton a donné à Arsenal Média des réponses qui dénouent ces complexités entourant la situation pandémique actuelle.

Pourquoi nous paniquons moins avec la COVID-19 comparativement au tout début ? Premièrement, le vaccin joue un rôle primordial dans la protection de la population face au virus. Le scientifique rappelle que la vaccination va diminuer de beaucoup les cas graves et les effets secondaires reliés à la COVID, lorsqu’on attrape la maladie et qu’on est vacciné, on a beaucoup moins de chance d’avoir des symptômes majeurs. La vaccination prépare le système immunitaire à être en contact avec le virus. Lorsqu’on reçoit le vaccin, une réaction immunitaire survient, notre corps crée des anticorps qui se souviendront de la maladie. Chaque dose amplifie le nombre de soldats disponibles en nous.

Étant donné que 85% des Québécois sont adéquatement vaccinés, les cas actifs sont moins problématiques qu’au tout début. Si nous avons la COVID et que nous sommes vaccinés, les symptômes seront moins graves et en plus, nous irons chercher une immunité naturelle.  

En plus de tout cela, il faut noter le changement concernant la virulence des nouveaux variants, ils sont moins puissants en termes d’intensité de leurs symptômes que les premiers au tout début de la pandémie. Le virus se métamorphose, devient plus contagieux certes, mais perd en puissance, il s’essouffle en quelque sorte.

C’est pour toutes ces raisons qu’on remarque une sorte de laisser-aller des différents gouvernements sur la planète, on commence à reprendre le dessus, lentement mais surement!

Qu’en est-il pour la suite ? Allons nous devoir vivre avec la COVID-19 éternellement ? Le scientifique Marc Hamilton nous donne un aperçu de ce que nous pourrions vivre dans les prochaines années.

« On commence à baisser les bras, on commence à accepter que le virus fait partie du paysage, de l’air ambiant, il va devenir endémique, c’est déjà le cas. À mon avis, on va en entendre parler pour au moins les 2 ou 3 prochaines années, mais à un rythme beaucoup moins stressant comme on le vit présentement. Il va se mélanger avec d’autres grippes et rhumes et le fait qu’il y a autant de personnes qui l’attrapent, il y a une forme d’immunité collective qui se fait en même temps avec la vaccination. C’est comme ça que les variants ou les autres types de coronavirus vont finir par se diluer avec les autres virus courants. Ils ne vont pas devenir banals, mais nous aurons un meilleur contrôle et on va finir par passer au travers. Un peu comme la grippe espagnole, on a eu deux grosses vagues deux ans, mais elle a duré quand même 5 ans avant qu’on en entende plus parler partout dans le monde, parce qu’il y avait encore des éclosions qui existaient. Est-ce que ça va prendre 5 ans avant que la COVID disparaisse? L’avenir va nous le dire, mais l’avantage qu’on a par rapport au passé, c’est qu’on est beaucoup mieux équipé pour le combattre en termes d’avancements scientifiques. ».