56,9 % Centricois ont de la difficulté à comprendre des textes complexes

Image d'illustration par Despositphotos

Au Centre-du-Québec, ils sont 56,9 % de la population qui n’atteignent pas le niveau 3 en littératie, soit le seuil jugé nécessaire pour comprendre des textes plus longs et plus complexes. 

Au cours des cinq dernières années, cette statistique a légèrement augmenté alors qu’elle était à 58 % en 2016.

Pour l’année 2021, c’est dans la MRC de L’Érable que cette donnée est la plus élevée avec 59,6 % alors que celle de Bécancour est la moins élevée avec 54,9 %. 

Cette étude a été publiée par la Fondation pour l’alphabétisation. 

Bonne amélioration

Le niveau de littératie des Québécois s’est amélioré partout, mais certaines régions ont de la difficulté à rattraper son retard, nous révèle la mise à jour d’une étude de la Fondation pour l’alphabétisation conduite par l’économiste Pierre Langlois.

L’étude fait un comparatif entre des données de 2016 et de 2021 concernant le niveau de littératie des Québécois, c’est-à-dire leur aptitude à lire, à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie quotidienne. 

On y apprend que la cadence de rattrapage est moins rapide que prévu et est nettement insuffisante dans les régions pour suivre le rythme de la progression montréalaise. 

La pénurie de main-d’oeuvre joue un rôle

La Fondation à l’origine de l’étude affirme que l’actuelle pénurie de main-d’œuvre nuit à l’amélioration du taux de littératie. En effet, la pénurie entraîne une entrée plus précoce sur le marché du travail ce qui limite la croissance du profil scolaire de plusieurs MRC. Ce résultat est d’ailleurs accentué par le vieillissement de la population. 

À l’inverse, la région de Montréal bénéficie de pôles universitaires et de l’arrivée d’une immigration spécialisée, faisant ainsi augmenter plus rapidement son taux de littératie.