Les Canadiens iront aux urnes le 20 septembre prochain

Dimanche matin, Justin Trudeau s’est rendu à Rideau Hall, résidence de la gouverneure générale Mary Simon, afin de dissoudre le Parlement, plongeant ainsi le pays en élections. Les Canadiens se rendront donc dans les bureaux de vote le 20 septembre afin d’y faire leur choix.

Le premier ministre était accompagné de sa femme Sophie Grégoire et de leurs enfants. Après avoir discuté avec la gouverneure générale, Justin Trudeau s’est adressé aux Canadiens. Il a lancé un message concernant la sécurité des Canadiens en pleine quatrième vague de la COVID-19, ajoutant que c’est maintenant au tour de la population de choisir la suite des choses pour le pays. «On vit un moment historique, vous avez votre mot à dire», a lancé Trudeau.

La campagne électorale déclenchée sera pour une durée de 36 jours. Il s’agit de la plus petite durée permise par la loi.

Ces élections surviennent moins de deux ans avant les précédentes, alors que le Parti libéral compte 155 députés aux Communes. Les Libéraux cherchent donc à former un gouvernement majoritaire pour avoir une meilleure latitude pour guider les Canadiens au coeur d’une relance économique post-pandémique.

Par ailleurs, il devrait s’agir des élections fédérales les plus dispendieuses de l’histoire, rapportait La Presse. Le montant s’élèverait à 612 M$, soit 100 M$ de plus que les précédentes. Les mesures sanitaires entourant la COVID-19 expliqueraient l’augmentation du prix pour organiser ce scrutin hâtif.

Les partis d’opposition, eux, dénoncent l’opportuniste du chef libéral, prétextant que le pays n’avait pas besoin d’être plongé en élections à l’aube d’une quatrième vague de COVID-19. Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a ajouté que le gouvernement avait l’appui de la Chambre. Le déclenchement des élections, alors que les décisions prises depuis 17 mois sont acceptées, est surprenant, précise M. Singh.

À l’heure actuelle, il y a 155 députés libéraux aux Communes et la majorité absolue est atteinte avec 170 sièges. Le Parti conservateur possède 119 sièges, alors que le Bloc québécois en a 32. Le Parti néo-démocrate en a 24, le Parti vert, deux et cinq députés indépendants sont en place, pour un total de 337 (un siège est vacant).