« Les sept minutes les plus longues et plus courtes de ma vie en même temps! »

Au cours d’une journée rodée au quart de tour, Farah Alibay était de passage à Joliette, où elle a rencontré les élèves de l’école Sainte-Marie, son ancienne école primaire.

L’ingénieure en aérospatiale à la NASA a profité de son passage pour répondre à de nombreuses questions des jeunes, captivés et curieux. En entrevue avec le Mon Joliette, elle est revenue sur les derniers moments avant de poser le robot Perseverance, qu’elle a piloté et qui est atterri sur le Delta de Jezero.

Un pas dans la bonne direction

Ayant reçu plusieurs témoignages d’élèves qui désirent œuvrer pour la NASA, tout en expliquant qu’elle travaille sur des technologies qui verront le jour que dans une dizaine d’années, la femme de 33 ans a mentionné que le domaine des sciences s’améliore dans le parcours scolaire des étudiants.

Elle souligne voir davantage de cours de robotique, de sciences appliquées dans les classes, en plus d’interventions de gens œuvrant dans divers domaines, ce qui permet de faire des liens avec la matière apprise. Toutefois, elle pense que c’est un domaine qui peut s’améliorer, surtout chez les filles.

Un parcours inspirant

D’ailleurs, si elle parle de décrochage chez les filles, c’est que Farah Alibay a un parcours inspirant, parcours qui lui a permis de réaliser son rêve. Elle a raconté qu’à son arrivée à Joliette, elle était la seule famille immigrante de l’école. « L’école a été facile, car j’étais bonne en sciences et en mathématiques, mais ça a été plus difficile côté social. J’ai vécu beaucoup d’intimidation quand j’étais petite. »

À l’université, elle ajoute qu’à sa première année, elle a échoué tous ses examens au premier trimestre.

La médaille de l’Assemblée nationale

La députée de Joliette, Véronique Hivon, l’a accompagné tout au long de cette journée remplie. Lors de sa conférence à la Chambre de Commerce du Grand Joliette, elle lui a remis la médaille de l’Assemblée nationale.