L’UPA du Centre-du-Québec ne veut pas de développement éolien sur ses terres

Image d'illustration par Despositphotos

La Fédération de l’UPA du Centre-du-Québec se dit en en faveur du développement d’une énergie verte, mais pas aux dépens de la protection du territoire agricole centricois. 

À la suite des annonces du gouvernement de prolonger la période d’appels d’offres de production d’éoliennes et d’augmenter leur puissance, la fédération régionale craint que les projets éoliens se multiplient sur son territoire.

L’UPA souhaite protéger les  250 000 hectares sur son territoire. 

« Ces projets éoliens, on souhaite qu’ils s’établissent à l’extérieur des terres agricoles cultivables et des érablières, parce que les zones agricoles, on en a besoin pour nourrir les Québécois », a mentionné le président de la Fédération de l’UPA du Centre-du-Québec, Daniel Habel.

On rappelle qu’on retrouve 3 300 entreprises agricoles sur le territoire, reliées à 5 500 emplois directement liés au secteur.