Manque de places à l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska, il doit se rendre à Trois-Rivières

Un homme de 35 ans de Victoriaville qui est lourdement handicapé doit se rendre à Trois-Rivières deux fois par semaine pour recevoir ses traitements de dialyse, faute de places à l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska.

Selon le Journal de Montréal, Richard Chabot s’était fait dire en février que le délai d’attente n’était que d’un à un mois et demi. 

Mais voilà que cinq mois ont passé et il attend toujours. 

Le CIUSSS MCQ a fait savoir que les demandes d’admission ont augmenté depuis deux ans et qu’il fallait ajouter la pénurie de main-d’oeuvre. 

Il a raconté qu’il a déjà hospitalisé aux soins intensifs près de chez lui, mais à été part la suite transféré à Trois-Rivières, car il avait une dialyse prévue le même jour. 

M. Chabot pourrait faire sa dialyse à la maison, mais ça représenterait un certain risque.