Pénurie de main-d’oeuvre : on se tourne vers les 13, 14 ans

Face à la pénurie de main-d’oeuvre, les entreprises n’ont d’autres choix que de se tourner vers des jeunes de 13 ou 14 ans pour combler les postes disponibles au sein de leur compagnie. 

« Il y a 20 ans, c’était de jeunes de 16, 17 ans qui venaient faire leur CV chez nous, maintenant ils ont 13, 14 ans », a constaté le directeur général du Carrefour jeunesse-emploi Arthabaska, Luc Dastous. 

Selon M. Dastous, il y a moins de jeunes qu’auparavant sur le marché du travail sans oublier que ces derniers ont le choix de choisir leur emploi étant donné la pénurie de main-d’oeuvre.

« Ce sont eux, maintenant, qui ont le gros bout du bâton », a-t-il constaté. 

On rappelle que si un enfant de 14 ans et moins veut travailler, ses parents doivent donner un consentement écrit. 

De plus, les jeunes de 16 ans et moins n’ont pas le droit de travailler pendant les heures de classe et ne peuvent travailler entre 23 h et 6 h le lendemain.